Se reconstruire après un “burn-out”

dimanche 19 novembre 2023 | Santé | 0 commentaires

temps de lecture ~ 5 min.

Les signes avant-coureurs du burn-out

Imaginez vous au milieu d’une course effrénée, chaque journée se transformant en un marathon sans fin. À un moment donné, votre corps et votre esprit commencent à donner des signes de faiblesse. Ce n’est pas seulement une fatigue physique, mais aussi une lassitude mentale. Les symptômes s’infiltrent discrètement, comme des ombres s’étendant dans votre quotidien. Des maux de tête lancinants, une fatigue tenace, une irritabilité grandissante, et une cascade d’émotions imprévisibles. Vous vous sentez seul au milieu de la foule, submergé par une sensation d’inadéquation. Ces manifestations insidieuses, tant physiques que psychologiques, dessinent les contours de ce que l’on appelle l’épuisement professionnel.

Les signes peuvent se manifester à la fois sur le plan physique et psychologique, s’installant progressivement dans le temps. Sur le plan physique, ces signes peuvent se présenter sous forme d’une fatigue persistante, de douleurs telles que des maux de dos, des migraines, des perturbations du sommeil, ainsi que des fluctuations de poids.

Du point de vue psychologique, on observe des changements comportementaux tels qu’un désintérêt général, des accès de colère, des pleurs fréquents, un sentiment d’insuffisance personnelle, une diminution de l’estime de soi, de l’irritabilité, des pertes de mémoire, des problèmes cutanés tels que des éruptions d’urticaire, un sentiment de solitude, et d’autres symptômes similaires, qui peuvent conduire à un épuisement professionnel.

Le burn-out demeure largement méconnu et est rarement abordé ouvertement. Souvent, lorsqu’on est pris dans le tourbillon de nos responsabilités professionnelles, on ne perçoit pas immédiatement ce mal-être, voire on refuse de l’admettre. On se persuade souvent d’être plus résistant, persuadé de pouvoir gérer seul la situation. Mais est-ce véritablement la solution adéquate ? Le premier pas crucial consiste indéniablement à reconnaître que l’on est en proie au burn-out. Cela requiert une prise de conscience de notre état de mal-être, afin de pouvoir se reconstruire, prendre du recul et repartir sur de nouvelles bases.

L’entourage, qu’il soit personnel ou professionnel, remarque souvent des changements de comportement : irritabilité, sautes d’humeur, perte de patience, diminution des performances, nervosité, voire des manifestations physiques telles que des problèmes de peau. Il devient donc impératif de consulter un professionnel de santé qualifié et de se faire accompagner. Un arrêt de travail ou un congé maladie peuvent également être envisagés dans ce processus de prise en charge.

La priorité absolue consiste à se distancer de son cadre professionnel, à prendre du repos et à se ressourcer afin de retrouver un équilibre sain. L’entourage familial et amical joue un rôle crucial dans le rétablissement d’une personne en situation de burn-out, en lui offrant un accompagnement, un soutien affectif et en lui permettant de retrouver confiance en elle. L’objectif est de reconstruire son estime personnelle pour envisager un nouveau départ. Ce processus de reconstruction est un chemin qui demande du temps. Il peut impliquer, par exemple, une thérapie pour se reconnecter avec soi-même. La guérison ne se fait pas du jour au lendemain et peut nécessiter un délai considérable. Lorsque la personne se sent prête à réintégrer son poste, le médecin du travail peut accompagner cette transition pour assurer un retour en douceur.

Certains individus parviennent à renouer avec leur activité professionnelle, tandis que d’autres ressentent une certaine appréhension. Ces derniers sont souvent ouverts à explorer de nouvelles opportunités, que ce soit en changeant d’emploi, d’entreprise, de domaine d’activité, voire en envisageant un bilan de compétences. Cette démarche vise essentiellement à regagner confiance en soi. Émotionnellement, c’est un peu comme un parcours en montagnes russes.

 

Thérapies brèves contre le burn-out

Thérapie cognitivo-comportementale (TCC)

Cette approche se concentre sur la modification des schémas de pensée négatifs et des comportements associés au stress. Elle aide à développer des stratégies pour faire face aux situations stressantes et à changer les schémas de pensée destructeurs.

Thérapie brève centrée sur les solutions (TBCS)

Plutôt que de se concentrer sur les problèmes eux-mêmes, cette thérapie met l’accent sur les solutions et les ressources disponibles pour résoudre ces problèmes. Elle encourage à identifier les solutions possibles et à mettre en œuvre des changements concrets.

Thérapie orientée vers la pleine conscience (mindfulness)

En se concentrant sur le moment présent, la pleine conscience permet de gérer le stress, d’identifier les pensées négatives et de les laisser passer sans les laisser influencer le bien-être émotionnel.

Thérapie de soutien

Cette approche vise à offrir un espace sûr pour exprimer ses émotions, ses préoccupations et ses expériences. Elle apporte un soutien émotionnel et peut aider à trouver des moyens de faire face aux difficultés.

Thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT)

Cette thérapie encourage à accepter les pensées négatives ou stressantes, tout en s’engageant dans des actions qui sont alignées avec les valeurs personnelles. Elle vise à réduire l’impact des pensées négatives sur le comportement.

Approches naturelles pour la gestion du stress

Naturopathie

  • Alimentation équilibrée : Optez pour des aliments riches en nutriments (fruits, légumes, graines) pour soutenir le système nerveux.
  • Suppléments naturels : Des vitamines B, la camomille ou le millepertuis peuvent aider à réduire l’anxiété et à favoriser la détente.
0 0 votes
Note de cet article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Tous les commentaires
therapie trucs astuces
toutes les therapies